منتديات باتنة لطلبة الهندسة المعمارية
مرحبا بك معنا يشرفنا تسجيلك في المنتدى .لا تقرأ و ترحل اترك رد او مساهمة على الاقل

منتديات باتنة لطلبة الهندسة المعمارية

لكل طلبة الهندسة المعمارية و العمران
 
الرئيسيةمكتبة الصورس .و .جبحـثالأعضاءالمجموعاتالتسجيلدخول

شاطر | 
 

 P R O D U I T S C E R A M I Q U E S

استعرض الموضوع السابق استعرض الموضوع التالي اذهب الى الأسفل 
كاتب الموضوعرسالة
Admin
مشرف العام
مشرف العام
avatar

عدد المساهمات : 295
نقاط : 700973
السٌّمعَة : 9
تاريخ التسجيل : 13/12/2012
العمر : 23
الموقع : https://www.facebook.com/archibatna

مُساهمةموضوع: P R O D U I T S C E R A M I Q U E S   السبت يونيو 22, 2013 11:37 pm

GENERALITES On peut les classer selon le
Les produits céramiques sont des matériaux artificiels fabriqués d'argile par moulage, 
séchage et cuisson. Leur fabrication est l'une des plus ancienne du monde.
On distingue deux groupes: produitsporeux et produits compacts. Les premiers ont une 
capacité d'absorption d'eau de 5% et plus, les secondes absorbentmoins que .5%. Les 
produits poreux sont: les briques d'argile, les pierres céramiques, les carreaux de 
revêtement,
les tuyaux céramiques etc.. Les produits compacts comprennent: les 
carreaux pour les sols les plaquesantiacides, les briques de pavage routier etc...
Les produits céramiques possèdent les avantages suivant :la résistance mécanique 
élevée, une bonne longévité, la matière première assez répandue. On peut aussi noter ses
défauts: La masse volumique élevée et la fragilité.
Fabrication des briques d’argile
On utilise l'argile en qualité de matière première. L'argile est une masse minérale 
constituée principalement de silicate d !
aluminium (Al2O3. 2SiO2. 2H20) , d'eau et 
de certaines impuretés (sable poussière etc...)
Les propriétés d'argile les plus importantes sont la plasticité, le comportement 
auséchage et à la cuisson.
La plasticité est une faculté de la pâte d’
argile de prendre et de conserver la forme 
nécessaire (formes de brique de tuiles etc...). Elle dépend de la contenance d
eau et 
de la composition minéralogiqueet granulométrique.
On peut accroître la plasticité en ajoutant une autre argile plus plastique. Mais un 
excès de plasticité retarde le séchage et provoque des fissures et des déformations 
des pièces ou cause de retrait. Il parvient de 4 à 12% pendant le séchage et de 
2 à 6 % durant la cuisson.
Pour éviter ces inconvénients, on ajoute à la pâte des matières, dites 'amaigrissantes1
(sable, chamotte, scorie métallurgique broyée etc..)
On utilise aussi d'autres additions, par exemple les oxydes de métaux. Ils donnent 
certaines couleurs, aux matériaux finis.
L'extraction d'argile se fait dans les carrières à l'aide d'excavateurs et d'autres 
mécanismes. La préparation de la pâte consiste à mélanger l’argile avec des 
additions nécessaires et à la humecter (mouiller). Le façonnage se réalise par deux 
méthodes « demi -sèche et plastique. La première méthode prévoit l'humidité de 
pâte de 8 à12% et la secondaire de 18 à 25%. La méthode plastique est la plus 
répandue. Par cette méthode on applique les presses à vis d'une façon contenue La cuisson se passe dans les fours circulaires ou dans les fours tunnels
en fonction contenue. Ces derniers sont plus modernes et efficaces (fig. 31).
Les briques sont immobiles dans les fours circulaires et, dansle four tunnel 
elles passent sur les wagonnets pendant 18à 36 heures. Le four-tunnel a une 
longueur de 60 à150m et la section libre de 5 à 10m2
La température de la cuisson varie entre 900 et 1100°C La masse d'argile 
fondue entoure d'autres particules non fondues. Les céramiques se tassent et après le 
refroidissement devient solide.
PROPRIETES ET UTILISATION.
La classification des céramiques se base sur leur destination. On distingue les 
groupes suivants; les éléments de maçonnerie et de plancher, les pièces pour 
revêtement, les matériaux de toiture „ les tuyaux, les pièces sanitaires et les produits 
spéciaux,
Maçonnerie et plancher. On produit en Algérie les 6 types de briques creuses et las 
briques pleines de dimensions variables (tabl.14), On produit aussi les hourdis 
céramiques, utilisés pour les planchers avec des poutrelles en béton arme ou
précontraint.
-Les caractéristiques des briques sont les suivantes ;
-la résistance à la compression varie de 50 à 200Kgf/cm2
-la masse volumique apparente est de 800 à 13OOKg/m3
,
-l'absorption d’
eau est de 10 à 15%.
Les Revêtements. On fabrique en Algérie les carreaux de faïence destinés aux 
revêtements intérieurs. On se sert pour la production d'argile plastique, de Kaolin, de 
quarts et de feldspath.
Après le façonnage et le séchage des pièces crues on les couvre avec une 
glaçure. On peut faire le glaçage après la cuisson, en les cuits une seconde fois. En ce 
cas la qualité; est meilleur et la glaçure assure l’étanchéité la longévité et la valeur 
décorative. Au verso ces carreaux possèdent une surface striée pour donner une 
bonne adhérence. 
Les dimensions des carreaux sont très variables suivant la couleur, la forme et les 
dimensions. Ces pièces sont résistantes à l'usure et au choc
Les carreaux et les plinthes sont largement utilisés dans les salles de bain, les 
cabinets de toilette » les cuisines, les buanderies, les salles d'hôpitaux etc. 
On produit les pièces de revêtement extérieurs les briques et les plaques 
emmaillées, les éléments d'ornementation les glacis de fenêtres etc. Elles sont 
destinées aux façades. Habituellement, elles ne sont pas seulement des éléments 
décoratifs, leur pose se fait en même temps, que la pose des murs et ils servent 
aussi d'éléments porteurs.
Les tuiles sont des matériaux de toiture. On fabrique les tuiles ordinaires de deux 
types; à grande écaille et à petite écaille. On les utilise sur les pentes. Les tuiles 
faîtières servent à couvrir les faîteaux et les arêtes.LA TUILE CANAL EN TERRE CUITE 
C’est la plus ancienne des tuiles. Inventée par les Romains qui, euxmêmes, s’étaient inspirés des toitures chinoises en bambous coupés 
(3000 ans avant JC). De forme conique, ces tuiles se bloquent d’ellesmêmes par glissement.
On distingue la tuile de courant (dessous) et de couvert (dessus). La 
tuilerie Poudenx améliore la tuile canal en inventant la tuile à tenons 
de courant, ce qui autorise alors une pose plus moderne sur simple 
liteaux, et non plus obligatoirement sur volige ou chevrons.
LA TUILE PLATE EN TERRE CUITE
Elle est développée au 6ème siècle dans le Nord de la Loire, en s’inspirant des lauzes de 
pierre et des ardoises. Elle est mieux adaptée aux toits à forte pente. L’étanchéité se fait 
par recouvrement d’une rangée de tuiles sur l’autre, plus ou moins importante selon la
LES TUILES A EMBOITEMENT
En 1840, les frères GILARDONI d’Altkirch (HautRhin) inventent la tuile à emboîtement en terre cuite, 
dont le principe consiste à gagner de la surface utile en 
remplaçant le recouvrement important des éléments 
entre eux qui est nécessaire pour assurer l’étanchéité 
des tuiles plates et des tuiles canal par un jeu de 
chicanes emboîtées. Ces tuiles sont produites sur une 
machine, c’est pourquoi elles prendront le nom de 
tuiles mécaniques. La tuile des Frères GILARDONI 
était rectangulaire et grande (15 pièces au m²).
En 1875, la première tuile à emboîtement petit moule 
(20 pièces au m²), est créée par Messieurs ROYAUX 
et BEGHIN. L’idée est aussi exploitée dans le Sud. En 
1848, LARTIGUE et DUMAS greffent un système 
d’emboîtement à la tuile canal traditionnelle. C’est la 
naissance de la tuile romane. Très vite, d’autres 
fabricants suivent cette voie avec la tuile Méridionale à onde un peu plus plate et à emboîtement inversé.
La maçonnerie de briques pleines
— Le briquetage ou maçonnerie en briques exécutée par assises réglées (ou tas) utilise 
des éléments de formes et dimensions diverses normalisées, assemblés avec des mortiers de 
qualités variables selon la destination de l'ouvrage, leur liaisonnement étant obtenu grâce à un 
appareillage approprié.
— La brique pleine posée à plat dans un mur dans le sens de la 
longueur se nomme panneresse, et boutisse lorsqu'elle est posée dans 
le sens de sa largeur : deux boutisses + 1 joint égalent une panneresse 
(fig. }.
6,02. Qualités particulières demandées à cette maçonnerie, et à 
exiger des matériaux constitutifs
Comme il s'agit essentiellement d'ouvrages porteurs, cette 
maçonnerie pour être stable et solide devra constituer un ensemble 
parfaitement liaisonné, d'assises horizontales aux joints régulièrement 
découpés, ce qui nécessite un choix adéquat des matériaux 
constitutifs.
1) Les briques pleines ordinaires ou repressées, perforées ou 
multicellaires devront répondre aux exigences du Cahier des charges : 
résistance mécanique appropriée aux charges à supporter, porosité minimale, aspect désiré, des contrôles de qualités pouvant être 
pratiqués avant emploi (1).
2) Les mortiers résistants et imperméables doivent pouvoir supporter 
et transmettre correctement les charges et s'opposer aux pénétrations de 
l'humidité, et d'autre part pour assurer le liaisonnement des briques être 
suffisamment plastiques afin d'épouser les irrégularités des lits (2). 
Cela implique le choix des liants (3) et du dosage selon la destination 
de l'ouvrage : fondations, briquetage apparent, maçonnerie à enduire, 
piles, voûtes, etc, et des sables dont la granulométrie variera avec 
l'épaisseur du joint. En général c'est le mortier bâtard qui convient le 
mieux (voir article 6,51).
6,1. LES APPAREILLAGES
Qu'est-ce qu'un appareillage ?
Comme pour le moellon d'appareil et la pierre de taille, il s'agit du 
mode de disposition, d'assemblage, de chevauchement des briques.
L'appareillage assure un bon liaisonnement dans tous les sens, et forme 
éventuellement en parement vu, un dessin très régulier selon le cahier 
prévu.
Avec quoi varie l'appareillage ?
1) Avec la nature de l'ouvrage : cloison ou mur, trumeaux, angles ou 
piles, arcs ou voûtes, souches et cheminées, etc...
2) Avec l'épaisseur de l'ouvrage, la section de la pile à construire. Ainsi 
pour une cloison de 6, la brique sera posée à chant tandis que pour un 
mur de 22, elle sera posée à plat (4).
Notons cependant que pour un même type d'appareillage, le dessin 
apparent en parement ne varie pas, quelle que soit l'épaisseur du mur.
3) Selon la destination : ouvrage apparent ou enduit. C'est ainsi que 
l'appareillage anglais convient à un mur apparent tandis qu'on réserve 
plus souvent l'appareillage français - plus simple à exécuter - pour un 
mur enduit.
4) II faut aussi tenir compte du goût du client, de l'effet esthétique 
voulu, tout en recherchant le liaisonnent correct et l'économie dans 
l'exécution (minimum de coupes et rapidité de mise en œuvre).
6.13. Différents types d'appareillages classiques
1) L'appareillage de briques à chant pour cloison de 6 cm (galandage) 
se caractérise par une bonne découpe des joints, la face vue rugueuse 
offre un bon accrochage pour l'enduit.
[(4) Rappelons que tout ouvrage d'épaisseur >ou egal 22 cm est 
considéré comme ,mur et qu'une cloison constituée d'éléments 
d'épaisseur < 22 cm et placés à chant se nomme galandage.
Retenons qu'en façade, si l'on veut lutter, efficacement contre la
pénétration des eaux de pluie, il faut prévoir des murs de 34 cm 
d'épaisseur.]
2) L'appareillage de panneresses dit encore à la grecque, est destiné 
aux cloisons de 11 ; l'assise et la découpe des joints
sont bonnes et ces cloisons disposées en refend, peuvent supporter de 
légères charges (fig. 6,2).
3) L'appareillage de boutisses parfois utilisé pour les murs de 22, 
mais à déconseiller parce que l'assise est mauvaise et que la découpe 
trop rapprochée des joints risque de créer des coups de sabre.
4) L'appareillage brut avec boutisses et panneresses en assises 
alternées, dit à la française convient à toutes les épaisseurs de murs : 
22, 34 et 45 (fig. 6,3) destinés à être enduits principalement.
5) L'appareillage apparent dit à l'anglaise, se caractérise par des 
boutisses et panneresses alternées dans la même assise (fig. 6,3). Il 
convient également à toutes les épaisseurs de murs.
Notons que :
a) Dans tous ces appareillages on doit procéder à certaines coupes de 
longueur : demi-brique, trois-quarts de brique (dénommée encore « six 
pouces ») quart de brique (« deux pouces »). Ces coupes se font au 
ciseau ou au martelet pour la brique ordinaire et à la tronçonneuse 
dotée d'une lame à concrétions diamantées, pour la brique de 
parement, coupes dressées éventuellement à la lime.
b) On démarre toujours en tête de la première assise par une boutisse et 
pour les 2 derniers types d'appareillages 4) et 5), les assises de rang 
pair démarrent par une trois-quarts.

_________________
اترك تعليق
و شاركنا بمواضيعك

لا تنسى ذكر الله وانت تتصفح المواقع في النت
الرجوع الى أعلى الصفحة اذهب الى الأسفل
معاينة صفحة البيانات الشخصي للعضو http://batna5.forumalgerie.net
 
P R O D U I T S C E R A M I Q U E S
استعرض الموضوع السابق استعرض الموضوع التالي الرجوع الى أعلى الصفحة 
صفحة 1 من اصل 1

صلاحيات هذا المنتدى:لاتستطيع الرد على المواضيع في هذا المنتدى
منتديات باتنة لطلبة الهندسة المعمارية :: المنتدى :: منتدى اقسام الهندسة المعمارية :: السنة الاولى-
انتقل الى: